«

»

fév 27

Imprimer ceci Article

Pourquoi ma spondylarthrite est-elle douloureuse ?

La douleur dans la spondylarthriteLa douleur observée au cours de votre maladie est essentiellement due à des phénomènes inflammatoires. L’inflammation entraine une production en excès de substances douloureuses telles que les prostaglandines ou des substances chimiques comme le TNF-alpha.

Cette maladie est la cause la plus fréquente de douleurs rachidiennes (douleurs au niveau de la colonne vertébrale) persistantes chez les adultes jeunes. Elle se caractérise par :
- un début avant la quarantaine et insidieux,
- une douleur persistante plus de 3 mois qui s’associe à une raideur matinale, notamment au niveau du dos,
- la diminution de la douleur après un temps de dérouillage ou après la prise d’anti inflammatoires non stéroïdiens.

Des douleurs du talon sont fréquentes :
Elle sont le conséquence d’une inflammation des enthèses (zone d’insertion des tendons et ligaments sur les os). Elles surviennent dès le matin lorsque vous posez le pied par terre.
Plus rarement ces enthèses peuvent survenir au niveau du genou (rotule) ou encore du bassin (crêtes iliaques) ou thorax.

Au niveau périphérique, une douleur et un gonflement :
L’atteinte d’une ou de plusieurs articulations périphériques est possible au cours de la spondylarthrite. Elle est liée à une inflammation du tissu qui tapisse l’intérieur de l’articulation, appelée la membrane synoviale. Lorsque celle-ci est enflammée, elle sécrète alors une quantité anormale de liquide qui s’accumule dans l’articulation. L’articulation gonfle et devient douloureuse.
Lorsque toutes les articulations d’un doigt ou d’un orteil sont touchées, et qu’il y a en plus inflammations des tendons, le doigt prend l’aspect d’une saucisse (terme médical : doigt ou orteil en saucisse).

Les anti-inflammatoires :
La douleur observée au cours de la spondylarthrite est essentiellement due aux phénomènes inflammatoires. Il est donc logique d’utiliser en priorité un traitement anti-inflammatoire. Toutefois, deux éléments à ne pas oublier :
• à côté des médicaments anti-inflammatoires, d’autres moyens thérapeutiques non médicamenteux peuvent être utilisés comme la kinésithérapie ;
• à côté de l’inflammation, il existe d’autres causes de la douleur et notamment les dégâts (attitudes vicieuses, atteinte cartilagineuse, rétraction des orteils, etc.) causés par la maladie. Ils nécessitent une prise en charge thérapeutique particulière.

Les anti-Tnf Alpha :
Lorsque les anti-inflammatoires ne sont pas assez efficaces, le patient peu désormais bénéficier de nouvelles molécules. Ce sont des anti-TNF alpha, ils appartiennent à une nouvelle classe thérapeutique. Le TNF qui signifie « Tumor Necrosis Factor » est une molécule produite naturellement par l’organisme au cours de l’inflammation.
• Le rôle des anti-TNF-alpha est de bloquer l’action du TNF afin de limiter l’intensité et l’extension de la réaction inflammatoire au cours des poussées rhumatismales. Ces nouveaux médicaments existent soit sous forme d’anticorps dirigés contre le TNF (Rémicade®, Humira®), soit sous forme de récepteur soluble du TNF (Enbrel®).
• Les anti-TNF alpha sont issus de la fabrication par biothérapie ce qui entraîne un prix très élevé de ces médicaments (environ 10 000 Euros par an). À la différence des traitements de fond actuellement disponibles, ils ont un délai d’action très rapide, avec à long terme une influence probable sur le cours évolutif de la maladie. Ce traitement nécessite toutefois une surveillance attentive car il est également impliqué dans la défense anti-infectieuse et anti-tumorale.

Bookmark and Share

Lien Permanent pour cet article : http://www.spondylarthrite-blog.com/la-spondylarthrite-ankylosante/pourquoi-ma-spondylarthrite-est-elle-douloureuse

84 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Rachel

    Merci beaucoup pour ces explications !

  2. moal nadine

    avec la SPA, il y a des hauts et des bas, les jours se suivent et les douleurs fluctuent au gré de leurs fantaisies…
    Il faut vivre avec et ce n’est pas tous les jours faciles ! mais après l’acceptation de la maladie qui demande quelques mois et même quelques années, il faut apprendre à vivre avec, ne pas lui laisser toute la place, vivre le mieux que l’on peut quand elle nous laisse un peu tranquille, mais vivre !

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Tout à fait d’accord avec vous… On vit avec et on ne peut pas faire autrement alors gardons le sourire même si parfois c’est très dur.

  3. lysianne

    Exactement Nadine il faut profiter des moments de bonheur que nous apporte la vie et quand elle est sans cesse là présente à nous déchirer il faut tenter de l’oublier faire avec de toutes manières quoique l’on fasse elle attaque donc autant dans la mesure du possible bien sûr faire ses activités et vivre au jour le jour ,on se dit tuojours que demain sera meilleur!!!!!!!!!!!!!Amitiés

  4. SIMO

    je souffre de cette maladie depuis 15 ans.les douleurs presque tt les jours.j’avais bien aimer faire le traitement Les anti-TNF alpha .MAIS 10 000 Euros par an). envirant 130 000 dh …C’est de la folie pour un employe au maroc…qui touche 250 Euros par mois…je croix que je dois suporter ma soufrance j’usqu’a ma mort…

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonsoir,

      En effet, notre système de santé en France nous permet de bénéficier de ces traitements qui sont très chers.
      Personnellement, je ne pourrais pas me les payer si je n’avais pas la prise en charge de la sécurité sociale.
      Il faut donc se dire que nous avons beaucoup de chance et qu’il faut continuer de défendre notre système de santé, rappelons-le, le meilleur dans le monde.

      1. Augé

        Si ce traitement anti-tnf , magré son prix etait efficace a 100% ce serait l’ideal, malheureusement la realité
        est tout autre, le traitement si il agit des le debut chez certains, au bout de quelques mois celui ci s’ame-
        nuise et les douleurs réapparaissent.
        Il ne faut pas faire croire que c’est un traitement miracle, et il ne faut pas oublier qu’avec du recul il ne soulage qu’une personne sur deux, et avec des effets secondaires non negligeables.
        La recherche a encore beaucoup a faire pour les personnes qui souffrent au quotidien d’une SPA !!

        1. CATHY

          Merci de dire tous ces mots à ma place, j’ai essayé les 5 anti- tnf que les médecins m’ont m’a prescrit,mais, sans résultats,ça fait 24 ans que cette maladie me connait, à l’âge de 19 ans, croyez-moi le sourire ne peut plus être présent, je souffre au niveau de la cage thoracique en plus d’autres endroits,LA DOULEUR EST CONSTANTE,ELLE NE ME QUITTE PLUS ET J’AI DU MAL A BOUGER,JE NE PEUT PLUS RIEN FAIRE qui demande des mouvement c’est horrible,je me sent comme un BOULET auprès de mon homme et mes enfants,je ne supporte plus de leur faire endurer mon état.Quant à l’entourage qui ne comprenne rien à la douleur et au fait que je n’ai plus goût à la vie,je leur souhaite seulement 5 minutes dans mon état après on en reparlera,surtout qu’il n’y a plus un médicament qui me calme,même la nuit la spondy est très fidèle,JE NE SAIS PLUS COMMENT VIVRE NORMALEMENT ET MA FAMILLE EST OBLIGEE DE ME SUPPORTER A SOUFFRIR C’EST PAS NORMAL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!merci pour le courage et à vous de même!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

          1. lisa

            bonjour je viens de lire votre commentaire je suis dans le meme cas depuis trois mois jai arreter mon traitement humira car trop de probleme fatigue, prise de poids, otites etc;;; probleme de respiration et pire cet ete je narretais pas de tousser jai eu très peur pour mes poumons , depuis je respire mieux moins fatiguer, mais des douleurs articulaires a demi supportable .
            Pour moi le seul truc qui m’avais fait du bien c’est de voir un naturaupathe qui mavais calmer mes douleurs car il avais remarquer que je mangeais que des truc acide lorsquil ma mieux reconseiller bizarement javais moins de douleur en plus il mavait donner des traitements au plante . mais il faut respecter le programme car c’est comme un régime des que nous faisons un écart nous payons les conséquences.
            ps : c’est pareil pour moi ma famille ne comprend pas ma souffrance , alors courage a tous.

  5. Vaucaire Nathalie

    Dommage que les traitements , Remicade , Embrel ECT……. Ne soulage pas!! et pourquoi s obstiner a les prescrire ,,??
    Quand a la biothérapie , je perd tout espoir de nous guérir
    bon courage a toutes et tous..!
    mes douleurs sont mes amies de tout les jours , elles ne me quitte pas!!
    ELLES M ADORENT

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonsoir Nathalie,

      Je sais que c’est dur lorsque les biothérapies ne fonctionnent pas ! c’est encore mon cas mais les douleurs sont beaucoup moins intenses.
      Il faut savoir que les biothérapies sont efficaces chez 70% des patients et qu’elles arrêtent pour plusieurs malades l’évolution de la maladie.
      Il faut garder espoir car la recherche avance et les chercheurs sont sur le point de trouver de nouveaux gènes. Il faudra bien évidemment plusieurs années avant qu’il y est des retombées de nouveaux traitements.
      N’oublions pas que les biothérapies actuelles disponibles sont des anti-tnf. Il y a de nombreux traitements qui bloquent d’autres récepteurs, comme l’IL6 ou IL17, qui sont en essais dans la polyarthrite rhumatoïde et qui vont bientôt arriver dans la spondylarthrite.

      Courage à tous et gardons espoir !

      1. lysianne

        L’espoir fait vivre mais on vit mal donc pour ceux qui baissent les bras de temps en temps vous avez le droit on est humain et il y a des jours où c’est vraiment insoutenable mais le lendemain est parfois meilleur donc relevez vous!!! Quelqu’un m’a dit « la vie est une lutte alors luttons!! » et c’est pour tout pareil!!!Courage

    2. lysianne

      Tu es trop gentille Nat c’est pour çà que tout le monde t’aime même les douleurs!!!bsxxxx

  6. lysianne

    Il faut tout tenter même si on est en échec de 2 traitements si le rumato en prescrit un 3ème c’est qu’il tente le tout pour le tout si on essaie pas on ne saura jamais donc continuons et si çà marche pas il faut faire avec on a quel choix de toutes façons attendre de prochains traitements!!Courage et prenez les bons moments quand ils arrivent et les mauvais laissons les passer!!!Courage à tous

  7. lysianne

    Je suis comme vous incapable de payer ces traitements surtout que je ne travaille plus donc on a une chance en France d’être bien prit en charge quand même!!Amitiés

  8. CHRISTINE

    Bonjour à tous

    Je me décide moi aussi à écrire sur un forum parce que moralement j’en ai besoin aujourd’hui.
    Je suis atteinte de la spondylartrite depuis 7 ans, du moins diagnostiquée réellement à cette période, je pense avoir déjà eu les prémices de la maladie depuis mes 20 ans (j’en ai 51) mais à l’époque,le médecin mettait cela sur la conséquence de plusieurs accidents de voiture.
    Les 3 premières années de ma maladie, ce fût très difficile, ma première crise fût terrible : une douleur fulgurante au bas du dos , une paralysie immédiate et l’impression que toute ma cage thoracique se durcissait ce qui m’empêchait de respirer normalement.
    J’ai appris au fur et à mesure des années à composer avec la maladie que je connaissais (mon frère l’a depuis ses 20 ans , ma fille de 27 ans a été diagnostiquée il y a 7 mois ) et comme j’ai , ce que l’on appelle les atteintes périphériques : douleurs aux mains (qui se rétractent) pieds qui se tordent en marchant, uveïtes, sensation de tige à la place de la colonne vertébrable.
    ce n’est pas tjrs facile….
    Comme tous les patients atteints de cette maladie, mon moral est en dent de scie, et je me dis comme bc d’entre nous que chaque jour est un jour gagné, qd tout va bien…!!!. , je fais comme vous tous je profite au maximum lorsque tout va bien et j’en paye le prix peu de temps après….
    Je ne peux rester inactive, c’est plus fort que moi il faut tjrs que je fasse qq chose.
    Ce qui est le plus difficile avec cette maladie, c’est que les autres -bien portants- ne comprennent effectivement pas que l’on peut être bien un jour et mal le lendemain.
    Je crois que la famille en particulier devrait prendre conscience que l’on a besoin de rire, d’échanger, d’oublier notre souffrance physique et psychologique.
    En ce qui me concerne mes enfants me voient comme une guerrière et la guerrière n’a pas le droit de faillir et pourtant!!!
    Mon mari sort d’un cancer de la prosthate, le choc émotionnel que cela m’a occasionné a relancé ma maladie et la fréquence des crises depuis 1 an.
    Lors de son après-cancer il a rejeté ma compassion en me disant que lui était incapable de compassion.
    Je me bats donc seule avec, comme ennemie ma maladie, je me suis renfermée sur moi mm.
    Il y a 4 jours j’ai eu (alors que tout allait bien depuis qq semaines) une grave crise douloureuse,
    Je me dis que demain sera un jour meilleur mais l’avenir me fait peur maintenant…
    Voilà…. je vous souhaite à tous une bonne fin de journée et du courage pour affronter notre maladie commune, peut être que le fait de souffrir nous fait comprendre à quel point la santé et l’amour des autres sont les choses les plus précieuses de notre vie.
    Amicalement
    Christine

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonsoir, merci beaucoup pour ce témoignage qui est très sincère et l’on comprend très bien ce que vous ressentez. Restez courageuse et forte c’est ce qui contrôle aujourd’hui la maladie. Le moral vous permet de garder confiance et de lutter contre ce mal. On sait tous combien les douleurs sont importantes lorsque l’on ne croit plus en rien. A très bientôt et bon courage.

    2. lysianne

      Merci Christine pour votre témoignage qui est vraiment sincère on a tous un moral en dents de scie vous n’êtes pas seule et je trouve humain de baisser les bras quand on souffre au quotidien surtout quand on a aucun soutien famailial comme moi même!!Je suis atteinte aussi depuis l’âge de 19 ans j’en ai 54 et je suis passée par des moments de grande solitude des opérations difficiles à côté de la SA!!On vous comprend tous les douleurs sont infectes nous on le sait mais l’entourage mon dieu………..Mon fils qui a 29 ans est atteint aussi mais ne veut pas en entendre parler il fonce et ne se soigne pas!!Chez moi l’incompréhension est totale mon mari ne supporte pas que je sois malade je suis quelqu’un qui pense plus aux autres qu’a soi même et parfois j’ai envie de partir et tout laisser derrière moi mais je ne peux pas !!Mes enfants sont là même s’ils ne comprennent rien à ce qui m’arrive et qu’ils se butent à dire que je me renferme dans ma maladie alors que je garde mes petites filles tous les jours malgré mes douleurs que je les aide dans tout et bien non je suis quand même passsive selon eux je ne dois pas me plaindre et foncer donc j’ai laissé tomber et je me suis faites des amis sincères qui comprennent mieux que les proches et je m’accroche à çà j’essaie de ne pas me renfermer sinon c’est la catastrophe pour la maladie et comme le dit Jean No le moral moins on l’a plus on a mal alors venez ici quand çà ne va pas on sera toujours à l’écoute!!Moi je débute rémicade et j’avais peur malgré tout et on m’a boosté alors j’y suis je continue et on verra la suite et n’oubliez pas on est malade mais 10 fois plus forts que les autres on se sert les coudes et on est avec vous à fond courage!!!!!!!!!!!A bientôt Christine

  9. pascale

    bonsoir Christine je me sent moins seule moi aussi je profite de faire les choses d essayer d etre comme tous le monde pour moi le plus dur c est le regard des gens qui vous disent mais c est quoi cette maladie j ai appris avec le temps a supporter les douleurs je fait ce que je peu et quand j ai réussi a le faire je suis contente et comme vous je sais que je vais etre mal pendant quelques jours ne baissé pas les bras bon courage

    1. lysianne

      Bonjour Pascale ,le regard des gens fuis le tu en as rien à faire tu sais toi ce que tu as et comme çà ne se voit pas les gens ils s’en moquent!!Moi j’ai zappé tt ma famille de naissance trop d’ennuis avec par rapport à çà et j’essaie en ce moment de faire comprendre à la famille que j’ai construite ce que j’endure c’est difficile mais je vais y arriver on aura des moments de baisse de moral mais qui peut avoir une maladie comme la notre et ne pas se laisser aller parfois??personne!!Je marie ma fille dans 2 mois et demi et je compte bien faire la fête tt en sachant que la semaine suivante je vais déguster mais tant pis je profiterai du moment et c’est comme cela à chaque sortie donc on fait avec!!Courage à vous aussi

  10. christophe

    Bonjour a tous,
    Moi je suis atteint de sa depuis l’age de 12 ans j’en ai 37 aujourd’hui( diagnostiqué a 30 ans) je suis sous biothérapie et je peux vous dire que cela change la vie quand sa fonctionne.
    Bon comme le dis Jean no il reste quand même quelques petites douleurs mais beaucoup moins intenses.
    Moi mon témoignage est le suivant:
    Je suis mécanicien auto de formation, je fais cela depuis l’age de 16 ans et malheureusement j’ai été licencier pour inaptitude mais je vais me battre contre mon patron car il aurait pu me reclasser mais a préfèrée me jeter comme une M….
    Mes amis m’ont laisser tombés car je ne peux plus leurs réparer leurs voitures
    Surtout dans la vie il faut se battre ne pas laisser tomber montrer aux gens qu’on peut être plus fort que cette maladie!!!!!!
    Mais je dirai tant pis si les gens sont cons(désolé) il ne peuvent pas comprendre il ne sont pas dedans!!!
    Voilà surtout battez-vous et surtout garder le moral
    COURAGE!!!!!!!!!!

    1. lysianne

      Bonjour Christophe je suis effarée de voir que tu as été licencié pour ta maladie c’est écoeurant il faut te battre je ne pense pas qu’il est le droit de faire une chose pareille ce n’est pas un humain???Les amis s’ils sont partis c’est que ce n’étaient pas des amis sincères donc pas de regrets ils te gardaient juste pour leurs voitures ce sont des gens sans scrupules!!Tu en trouveras d’autres crois moi je sais de quoi je parle et des meilleurs moi j’ai trouvé une nouvelle famille dans la maladie et eux sont top ils se battent à mes côtés ,ne reste plus qu’à faire comprendre tout çà à ma famille celle que j’ai créé pas celle de naissance là j’ai abandonné et ensuite espérer que mon nouveau traitement fera le reste !!Courage Christophe à bientôt et dones nous des nouvelles!

  11. christophe

    Bonjour Lysianne,
    Merci de ton soutien c’est très gentille de ta part, oui effectivement c’est dégueulasse de la part de mon patron mais je n’ai pas dis mon dernier mot!!!!!!!!!
    Je vous tiendrais au courant de la suite pas de souci!!!
    Bon courage a toi ainsi qu’a tous ceux qui sont frappés par cette maladie!!!!

  12. lysianne

    Bonjour Christophe ils en fait du courage mais bats toi contre lui tu as raison!!Moi j’ai mon fils qui va vaoir 30 ans qui est atteint mais ne m’en parle je sais par des tiers qu’il commence à avoir mal aux doigts ,talons donc je suis un peu inquiète et en plus hier après j’ai vu ma fille de 26 ans qui marchait mal je lui ai posé la question car elle a du psoriasis et elle m’a avoué les douleurs qu’elle avait depuis plus de 2 ans ,les mêmes que nous donc je crois que sur mes 2 enfants les 2 vont être atteints et çà pour une mère c’est pire que tout de refiler des cochonneries pareilles!J’espère qu’ils ne l’auront pas trop forte et que leur vie professionnelle ne sera pas affectée par cette maladie!!!J’attends toujours effet rémicade qui me fait l’effet inverse pour le moment mais c’est normal je pense donc à voir on se tient au courant!!!Amitiés et bon dimanche

  13. Christophe

    Bonsoir Lysianne,
    Désolé pour vos enfants , je sais que cela fais très mal mais il faut ce dire que la médecine fais de gros progrès donc il ne faut pas perdre espoir.
    Moi aussi ma fille âgé de 8 ans se plaint de douleurs dans les talons et dans les hanches.
    Mais pour le moment , on attend encore car d’après la rhuma c’est probablement la croissance, on n’a fais une radio de contrôle mais rien d’anormal donc on croise les doigts!!!!!!!!!!!
    Dite vous que ce n’est pas de votre faute c’est la vie qui le veut ains, il ne faut pas vous mettre ca sur le dos croyez moi c’est dans votre intérêts car le moral va en prendre un coup et c’est déjà assez dur comme ça!!!!!!!
    Comme vous me l’avez dit battez vous
    Bon courage et n’hésité pas si vous avez besoin de parlé!!!!!!
    Bonne semaine a vous
    cordialement

  14. lysianne

    Merci Christophe mon fils c’est bien çà c’est sûr il a été diagnostiqué en décembre dernier là il a une double fracture tibia péronné pour le 2ème fois la meêm jambe !Une fois en parachutisme il y a 18 mois et là au ski donc il souffre doublement mais refuse de s’arrêter!Ma fille elle,a eu beaucoup de soucis de genoux petite on lui a fait arrêter la gym puis ensuite la danse croyant que çà venait de là maintenant elle s’est mise depuis 5 ans au kung fu avec son ami qui va devenir son mari dans 2 mois là çà lui fait du bien car il y a beaucoup d’étirements et quand elle loupe les cours pour le travail ou sa puce elle ressent encore plus la douleur donc rdv le 31 Mai avec moi ppour voir mais je suis sûre que c’est cette saloperie aussi!Ce n’est pas ma faute je sais mais une maman culpabilise énormément quand ses enfants sont malades surtout cette maladie mais ce qui fait mal c’est quand on me dit »tu refiles toutes tes merdes à tes enfants « çà j’ai vraiment du mal à recevoir cette réflexion en pleine figure alors j’encaisse et ce n’est pas bon!!Merci Christophe pour cet échange ,bon courage et bonne semaine à vous aussi!!Amitiés

  15. christophe

    Re, oui effectivement c’est dur mais ce que je n’accepterais jamais c’est que l’on me dise que je refile tous mes merdes a mes enfants, a celui qui me dis cela c’est ma main dans sa gueule (désolé d’être vulgaire) car si ca lui arriverait a lui ou elle je ne sais pas si il l’accepterais donc voilà mon point de vue
    Je croise les doigts pour vous le 31 mai MERDE!!!!!!!!!!!!
    cordialement

  16. lysianne

    Merci Christophe je partage ton point de vue complètement mais ma mais dans sa gu…….. comme tu dis c’est pas possible c’est mon mari donc……… mdr cela dit c’est vrai qu’il en mériterait une il ne le dit pas méchamment mais n’est pas diplomate pour un sou donc je le garde sous le coude pour la ressortir devant ses enfants on verra la réaction!!Je suis du genre à ne rien dire mais je ne laisse jamais une parole comme celle ci passée donc………J’espère que ton patron va payer aussi pour ce qu’il a fait c’est lamentable on vit dans un monde pourri franchement!!Je retourne lundi à l’hôpital pour ma perf de rémicade mais je suis pas emballée çà réveille les douleurs 2 fois plus il parait que c’est bon signe on va voir çà !!!Amitiés et courage

  17. christophe

    Bonsoir Lysianne, D’accord c’est ton mari mais ce n’est pas une raison au contraire il devrait te soutenir comme ma femme me soutien et non te rabaisser pour le punir tu devrais faire comme un téléfilm que j’ai vu avec ma femme et qui m’a bien fais rire les femmes faisaient la grêve du sexe
    Tu verras comme il va se faire tous petit
    Pour ce qui est de remicade je ne le connais pas moi je suis sous Embrel 50 mg/semaine et cela fonctionne bien
    cordialement et bonne soirée courage a toi!!!!!

  18. lysianne

    Oui je sais qu’il devrait me soutenir et non pas me dire des choses débiles de ce genre,tu as bien de la chance d’avoir ta femme à tes côtés!!pour la grève c’es fait mdr tu crois pas que je vais lui dire merci aussi mais bon pour l’instant il ronfle donc çà le tracasse pas lol il faut que je tienne plus longtemps!!Enbrel j’ai eu et moi çà n’a pas marché hélas ensuite humira c’était pire donc le 3 ème et dernier rémicade en perfusions à l’hôpital de jour,et j’attends les effets ?????A bientôt et merci pour la partage!!

  19. lysianne

    Bonjour Christophe je viens aux nouvelles comment vas tu et où en es tu avec cet abruti de patron??Pour ta fille est ce bien la croissance ou quoi??Moi je suis à la 2 ème perf de remicade et toujours en douleurs horribles je suis allée 2 fois aux urgences .La 1ère fois mon rhumato m’a donné de la morphine pour 2j et m’a dit soit c’est bon signe c’est que çà réagit soit c’est une allergie,je retourne mardi soir avec mon mari car je n’allais pas bien du tout et là je tombe sur un interne qui écoute mon mari lui expliquer ce qui se passe car moi assise en larmes et l’autre lui réponds je cite ; les femmes vous savez Mr elles sont douillettes aussi elles n’aiment pas souffrir »là je pense que mon mari est devenu vert de rage et lui a rétorqué « parce que vous savez ce que c’est vous de souffrir si vous le saviez vous ne seriez pas là à vous balader dans les couloirs et dire des idioties »il m’a dit devant l’autre viens on se casse on attendra ton rhumato qui est plus intelligent!!Depuis je ne suis pas bien car je vais y retourner pour la prochaine le 9 Mai pas avant çà sert à rien et si je tombe sur celui là il est pas clair car si moi je m’y mets je ne serais pas si polie que mon mari je pense car là je ne supporte plus rien!!J’espère que la 3ème va faire effet sinon…………..A bientôt j’espère pour des nouvelles!!Amitiés

  20. Christelle

    Bonjour,
    Je m’appelle Christelle et j’ai 38 ans. Cela fait 8 ans que mes douleurs ont commencé. Je suis en cours de diagnostic, mon rhumato et mon médecin soupçonnent une SA… mon parcours est un peu différent, mais en visualisant différentes vidéos de rhumatologue sur le web, je me suis aperçue que cette maladie avait des visages différents chez les patients atteinds. Pour ma part c’est les douleurs périphériques qui ont commencé, coude droit puis gauche, puis genoux, talons, mains et en dernier depuis 3 ans iliaques, hanche droite, douleurs fesses. Mes analyses de sang montrent une légère anémie inflammatoire depuis le début de mes douleurs et une VS toujours au dessus des normes, mais pas non plus explosives. Il y a une semaine, j’ai fait une poussée très douloureuse. Ma première. J’ai eu très mal dans le dos, les jambes, les mains, les pieds… un peu partout et je n’avais pas de fièvre ni symptômes grippaux. La prise de sang faite tout de suite à montrée une VS à 27 et 55 et une CRP à 67,7 (maxi 5 normalement). J’avais quand même pris des anti-inflammatoires la nuit et le matin de ma crise, donc la CRP aurait pu être plus élevée encore… Mes globules blancs dans les chaussettes (comme d’hab), donc pas infectieux…. mon doc m’a dit que c’était une poussée inflammatoire (arthrite, laquelle ???). Puis dès le lendemain les douleurs se sont fxées sur les iliaques, raideur dos et colonnne le matin et une partie de la journée, le repos ne calme pas vraiment, quand je me couche allongée elles se « réveillent plus ». La nuit elles sont présentes mais comme j’ai des soucis de sommeil depuis 3 mois, je ne peux pas dire qu’elles me réveillent. J’ai des douleurs aux enthèses surtout côtés hanches et dans les fesses. Mes talons m’ont fait mal mais c’était il y a deux ans, régulièrement durant cette année là, puis plus trop maintenant. Je suis perdue. Alors, les anti-inflammatoires sont ma seule solution car dès que j’arrête 2 jours après les douleurs reviennent. A la radio, mon rhumato dit que j’ai une condensation de la berge iliaque droite et mon doc qui a vu celle de 2011 dit qu’à gauche ça commence à être pareil. Je dois voir mon rhumato bientôt mais sa secrétaire me dit qu’en janvier 2012… je fais le forcing… je verrai bien. Sinon, en accord avec mon doc, j’ai pris rdv avec le professeur Breban de l’hôpital Ambroise. Il est spécialiste. Mon rdv est en juin 2012… j’ai le temps contre moi… Suite à ma crise, arrêt de travail et grande fatigue. J’ai 3 enfants dont le dernier a deux ans alors je dois assurer. J’aimerais bien avoir votre ressenti sur mes douleurs, puisse être la SA ? Bon courage à tous les malades. Christelle

  21. Lysianne

    Bonsoir Cristelle tout d’abord il faut savoir que tout ce que vous notez ici sont bien des douleurs d’une spondylarthrite et que le repos n’arrange pas enfin si dans le sens où il repose l’esprit et on en a besoin,Mais les douleurs ne se calment pas pour autant,Vous dîtes que vous prenez des anti inflammatoires 2j et que çà recommence normal puisqu’en cas de maladie inflammatoire on prend ces traitements tous les jours et moi depuis 25 ans avec des anti douleurs et des anxiolytiques et chez certains des anti dépresseurs!! Je vois que vous allez voir le professeur Breban qui est à entendre dire un très bon professeur par contre en Juin je pense que c’est très long il faut voir avec votre médecin traitant s’il ne peut pas avancer le RDV c’est pas possible d’attendre si longtemps.Le matin on a 80 ans pendant 2h et le soir on est claqué surtout avec des enfants à charge!!Je suis moi même spondy depuis 25 ans je suis passée aux 3 biothérapies et toujours aucune amélioration je m’occupais d’enfants mais je suis en invalidité depuis le 1er Octobre ce qui me gêne le plus ce sont les douleurs fessières qui irradient tout le long de la jambe jusqu’aux talons donc la marche est pénible voir impossible sur une moyenne distance !!Je vous souhaite bon courage pour la suite et si vous avez besoin n’hésitez pas à revenir sur le blog !!

  22. tavernier

    Y a Facebook qui m’énerve quand il me demande :  « Ça va Patricia? » ;-)

    Moi, le jour (par hasard) où je n’ai pas mal, (… ) je me dis : »mer(…)credi … tiens, tiens ! ». Je suis frappée-givrée, je suis devenue un seul et même tout avec mes crampes, mes contractures. Je ne sais pas si j’arrive à exprimer l’idée mais je suis en perpétuel questionnement avec mon corps, je vérifie que ça craque bien, que ça fait mal ici ou là : la Pat, elle es toquée ! Et hop : le bon vieux craquement de dorsales,de thorax ou de nuque en me contorsionnant sur le lit ou sur une chaise et en pensant : » alors 15h00 ?…Acupan ou p’tit Doli? ». « Non….là, tu finis la boîte de codéine, faut quand même pas que le corps s’habitue »…. et puis « regarde la date ! Faut les finir ! ». Et là, tu te dis, « non mais faut que je me rachète cette foutue boîte de Lactibiane qui me coûte la peau des fesses, c’est le cas de le dire mais bon force est de constater que l’eczéma et l’urétrite me foutent la paix ». Et oui, j’en viens à tout mélanger et à me transformer en marabout, genre : la poudre de Lactibiane dans la poche droite qui me soulage autant que le quinoa dans mon caddie de la Biocoop. Je me soigne, je dépense, je me coince, je m’ankylose et comble du désespoir je me décomplexe, je deviens plus gentille, plus à l’écoute.
    Quand je regarde la télé, courbée comme un « C », je me raid « I » d’un seul coup, me rentrant le menton d’une main et imaginant le passage d’un train à grande vitesse qui me décoiffe la face. (bon exercice que je fais avec mon kiné)

    Et pour la suite du récit, y a surtout le coucher…..et ben moi, c’est ce que j’appréhende le plus. Rien à foutre du déverrouillage matinal, moi c’est le couloir qui me mène au dodo. « Est-ce que j’essaie de trouver une position directement sur le dos, la tête droite , je respire avec le ventre et là magie …dodo »? « Est-ce que je prends le risque de tourner la tête et de me dire, laisse-toi aller, laisse-la se tourner naturellement comme quand tu dormais Avant ? » « Est-ce que je tente un Doli et je ramasse mon coussin qui traîne par terre, tête de côté, et sur le ventre ? ». Laisse tomber si ton deuxième prénom c’est Vulcania ! Là, c’est pire que tout car tu ne peux plus faire abstraction de ta cage thoracique. En général, tu fais la crêpe et tu retentes le dos crawlé , haut les mains, comme les bébés ( de toute façon, je suis quand même une maîtresse sans le maillot de bain !;-)), le coussin est retourné par terre. Et je compte les respirations du mari, et si seulement il avait la patience de me masser doucement le bas du crâne, de me pincer les muscles qui descendent jusque dans la gorge, mmmmmmmmmmm, ça serait tellement mieux que « Tetrazouné » que je vais finir par aller supplier dans mon poudrier. Et puis, c’est même pas dit qu’il me soulage de suite, j’aurai sommeil demain quand j’aurai repris confiance en moi et surtout en la journée qui bat son plein. Car comme me disait Delphine, la nuit tu flippes « gratuit ».

    En fait, je me dis que je le prends bien car je finis par dormir, c’est pas agréable les deux premières heures (au pire) mais après…je décolle, et je ne l’ai pas pris le Tetrazouné et d’ailleurs je ne le prends pas si souvent que ça, puisque je le dis même au Matth : « hé , tu sais, j’en ai pris un donc si je ne me réveille pas tout de suite pour les petits, tu y vas… » Et puis, tu parles, au taquet, dès que ça gémit….

    Quand tu plaques ton corps et que tu l’obliges à ne plus bouger, tu sens tous les trucs qui déconnent, tu fais le tour, et ben en fait, c’est ce que je disais tout à l’heure, tu te fais l’inventaire des misères, histoire qu’il n’y en ait pas une nouvelle. Et quand ça bug, qu’un nouveau mal d’estomac sur-puissant à cause des AINS te fait douter, ou que tu sens que cette fois-ci tu n’arrives plus à respirer (ça c’est quand même rare (allez…..5 fois par an?)) tu donnerais n’importe quoi pour t’enfiler la super combi dos-nue des urgences….et ça, bon sang, c’est presque toujours la nuit….pourquoi??? Parce que tu as attendu toute la journée, en te disant « mais c’est bizarre…non … ça va passer, et si c’était grave? »

    Et puis aux Urgences, tu finis par un véritable co-voiturage, car aux Urgences, tu n’y vas jamais toute seule, tu n’y restes pas toute seule. Et pourtant, rien ne se passe de plus, tu finis ta nuit aux urgences, la même que dans ton lit. Tu reviens avec la 250ème radio des poumons et tu as complimenté l’infirmière qui a trouvé l’artère du premier coup. Ils ont vérifié qu’il n’y avait pas d’Urgences : « Rappelez votre rhumato demain! » ou le gastro, quand même …..je suis sortie avec une ordonnance pour une grastrotruc, là je ne me ferai pas avoir, sous ag ou rien. Et pourtant, la nana du 15, elle voulait qu’on contrôle, et t’as flippé, parce que c’est la nuit. Ou alors, tu passes à la caisse et tu paies 60 euros le xanax, car tu rentres en taxi. Les petits dorment. De toutes les façons, ils n’essaient même pas de t’écouter, enfin, pas tous, au bout de la cinquième visite , tu finis par tomber sur le gentil des Urgences qui te transfère dans le bon service. Ça, c’est quand tu n’as pas encore de prise en charge ni de diagnostic et cela peut durer des années, heureusement que ton père et ta mère ont refusé de te ramener à la maison cette fois-là….Ils ont quand même traversé toute la France. Ton mari est à bout de souffle avec les deux bébés, en prime.

    Au bout d’un moment, tu acceptes et tu fais, tu évites même les Urgences, car ça finit par passer, du moins depuis qu’il y a un traitement de fond. Alors, un conseil, quand tu es Spondy, tu ne sors jamais sans ta carte d’anti-tnf dans le portefeuille, sans ta poudre dans la poche et surtout tu gardes un jeu de tarot dans ta veste, histoire de tuer le temps et d’occuper ton fan club qui va user son pantalon sur les banquettes des Urgences.

    Alors en fait……au final, on ne demande pas à un malade chronique si ça va…..et je suis bien contente car tous mes amis spondy sur Facebook sont dans la norme sauf Facebook qui signe et persiste, d’ailleurs si tu vas sur commentaire , il te demande même « quoi de neuf, Patricia? »… ;-) Bon, allez j’arrête, l’action c’est la survie du Spondy, donc, préparez vos agendas, car en 2013, on ne me demande plus si ça va, mais on fait des trucs ensemble ! On tricote, on papote, on pianote, mais surtout on crée, on rêve, on s’aime, on projette, on réalise, on cuisine, on s’exprime, on s’invite, on s’engueule pour faire tourner le monde, on évite d’emporter ses lingots dans la tombe, on dit à ses parents qu’ils ont fait du bon travail et qu’on les adore, on relit les comptines du cahier de ses poupons !

    1. Jeff

      Bravo

    2. Decker

      Coucou c’est la première fois que je vais sur un bloc on vient de confirmer ma spondylarthrite ….j’ai eu du mal à accepter mes douleurs j’essaie de les cacher car quand j’arrive pas mon mari me fait beaucoup de réflexion pas gentille du tout je préfère de sur moi pour pas encore se disputer à force plus de force mes enfants on l’air de bien prendre la chose …Mais j’ai quand même l’impression de servir à plus grand chose les ami y en a plus 2 le reste tourné le dos ….ce que j’aimerai c’est monter une association dans ma région mais je c’est pas trop comment mi prendre je réfléchis pour l’instant je travail pas j’ai été licencié pour inaptitude après accident de travail. …….
      je vois ton courage …ton humour ta force que j’avais envie de te m’être un mots j’aimerai continuer à dialoguer avec toi

  23. Mme Aureal isabelle

    Bonjour à tous ,Moi je suis atteinte de cette maladie depuis 36ans . Cela a commencer à 19 ans , mal dianostiquer au départ . J’ai optenue une reconvertion dans mon travail ,car je travaillai dans la restaurations,dans les lycée . Il mon mit en accueil standardiste dans un lycée mais je dois faire 48 heures par semaine même en poste allégé ,reconnu en station pénible à 60% . Je sui s en poste avec mon maris , quand je suis trop fatiguée c’est lui qui me remplace . Le traitement enti t n f soulage que les douleurs inflammmatoires , reste les douleurs tendineuses .Ce traitement je le fai toute les 5 semaines . Je fait une cure thermale 1 fois per ans à Bagnoles de l’Orne. J’ai en plus périarthrite des deux épaules ,puis polyarthrite , valvulopathie et apnée du sommeil . Je voudrai prendre ma retraite à 60 ans ,j’espère que j’aurai droit . Je travail depui sl’age de 18 ans . Moi c’est mon petit fis qui me remonte le moral . Jai un maris qui est très compréensif , C’est une grande chance pour moi .Bon courage à tous

  24. gilardeau

    bonjour je m’appelle franck,j’ai 38 ans et je suis atteint ‘une spondylarthrite ankilosante. a ce jour ni la salazopyrine ne fait ainsi que le brexin et les anti douleurs.

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonjour,
      Avez vous évoqué avec votre rhumatologue, l’accès aux biothérapies?

    2. lysianne

      Bonsoir Franck

      Comme le suggère J Noël, il faudrait discuter avec votre rhumatologue d’un éventuel traitement par biothérapie.
      Ce traitement donne de bons résultats sur beaucoup de malades atteints de SA, si vous ne répondez pas aux traitements par ains ce serait peut être plus bénéfique pour vous, en tous cas il faut les tenter. Courage à vous

  25. nathalie

    bonjour moi aussi je souffre de cette maladie qui me gache mon quodidien je juis sous chrono-indocid qui me soulage car avant je ne pouvais plus dormir la nuit mais avec cet anti -inflammatoire super je vous le conseil je prend aussi anafranil et lysanxia et ixprim voila courage pas facile heureusement que jai ma fille et mon mari car sinon …… bisous a tous

  26. dumas

    çà fait 1 an que je vais voir des rhumatologue sur angouléme !il disait pas que c’était la sphondylarthrite je me suis mis en colére j’ai mis un rendez vous à l’hopital de limoges moi même !sans l’avis de mon médecin traitant!j’ai eu rendez vous avec pr ofesseur rhumatologue !il m’a fait des analyses plus poussées et j’aile hlb27 de positif!et puis je suis sous pîqure humira et j’ai beaucoup moins mal! c’est le professeur trévés à l’hopîtal de limoges !
    et maintenant j’ai mal à toute les articulations et mal aux genoux et j’ai du mal a marché!mais je travaille toujours !

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Merci pour votre témoignage qui reste positif malgré vos souffrances ! L’équipe de Limoges est excellente comme dans beaucoup de CHU. Ce service possède également un Centre d’Etude et de Traitement de la Douleur en Rhumatologie : le CEDR ! Bonne continuation

  27. soukayna

    Bonjour a tous , j espere que vous allez bien . J ai une question concernant le résultat de vos examens . On ma diagnostiqué en 2009 une spondylatropaite type sapho , spondylatrite grace a l irm des sacro iliaque . En 2013 je refait un controle souffrant atrocement au quotidien , du dos des cervicales , des mains , des jambes (bref la totale) , et abracadabra ma sacro ilite a disparue ! Alors pourquoi les douleurs continuent alors qu aucune biothérapie n arrive a me calmer ?! … Mon rumato me dit , que la maladie est en veille …mais de tous ceux que je vois personne ne comprend pourquoi j ai aussi mal . Je change de medecin pour avoir un autre avis , ce medecin me dit qu on a trop focalisé sur la SA , et qu il s agirai plus d une spondylartopathie . Bon oki , mais ce medecin dont j attend un rdv depuis janvier (pour des examens approndis ) ne m a jamais recontacté malgré mes coups de fils à sa secrétaire . Bref retour a la case départ , j ai mal et tout le monde s en fiche ! Je me suis trainé en plus des douleurs quotidienne , une sciatique pdt des mois , je pleure presque aupres de mn medecin traitant pour avoir une IRM lombaire et cervical . Je fais l irm lombaire ce matin , et la le doc du centre d imagerie qui me dit : Y a rien ! Aucune trace de spondylatropatie ! et il me claque presque la porte de la cabine au nez ! … Donc je me demande si je suis la seule dans ce cas , à avoir mal , sans (ou presque plus ) résultat probant … J en ai vrmt marre de parler a des murs , je souffre , je dors mal , j ai perdue mon boulot , je suis tjs fatigué , et usé d avoir mal tout le temps Je suis loinnnn d etre hypocondriaque , j en deviens même a me demander si je ne suis pas folle .
    Eclairez moi vue que je ne peux pas compter sur la medecine :(

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonjour, en effet c’est très souvent que les formes non radiographiques ne soient pas identifiées correctement ou correctement pris en charge.
      Le conseil que je pourrais vous donner est de vous rapprocher du centre hospitalier universitaire (CHU) le plus proche de chez vous. Votre médecin traitant pourrait y faxer une lettre pour demander à vous recevoir en urgence auprès du service de rhumatologie. Bon courage, contactez aussi les associations de patients

    2. lair

      bonjour, je viens de découvrir ce site qui me permettra peut etre d’avancer aussi par rapport à cette maladie: tout d’abord après de nombreuses années de maletre et de douleurs , je vais à l’hopital voir un médecin qui me prescrit des examens sanguins biens ciblés, on me trouve donc le HLA B27, plus les radios des points douloureux, et donc spondylarthrite , maintenant , je n’ai plus d’écoute, je vais voir tous les 6mois un rhumatologue à l’hopital qui me suit, en parallèle , j’ai les leucocytes en baisse, et cette grande fatigue et douleurs générales, dans les jambes , bras mais pas trop dans les articulations à part le dos, j’aimerais prendre contact avec les médecins de l’hopital Cochin qui font des recherches sur cette maladie; comme je suis en retraite, je m’organise pour me reposer quand je vais trop mal, mais je ne peux rien entreprendre et la vie de tous les jours est perturbée par ce rythme de fatigue!! je suis soutenue par mes enfants et mon mari qui me disent de chercher plus loin et d’avoir d’autres avis!! merci pour votre aide et vos conseils.

      1. Jean-Noël Dachicourt

        Bonjour Madame, merci pour votre témoignage sur ce forum.

        Si vous le souhaitez, en effet il est important de prendre un second avis auprès d’un autre rhumatologue. L’hôpital Cochin ne fait pas de recherche spécifique sur la spondylarthrite mais est un hôpital renommé pour la prise en charge des rhumatismes inflammatoires chroniques.

        Je ne sais pas si vous habitez à Paris ou en province, mais il faut savoir que pour accéder au service de rhumatologie des hôpitaux parisiens une attente de trois à six mois est à prévoir!!!

        Si vous habitez en Provence, il faut vous rapprocher du CHU le plus proche de votre ville pour avoir un autre avis en service de rhumatologie.

        La meilleure des choses, et malgré tout d’échanger davantage avec votre rhumatologue actuel. C’est lui qui connaît au mieux votre maladie. Avez-vous été mise sous anti TNF pour votre spondylarthrite ? Les Douleurs persistent-t-elle avec ce traitement ?

  28. soukayna

    Merci pour votre réponse Jean Noel , j ai passé l IRM cervical ce matin , rien ! Mais on voit bien les raideurs … J ai trop peur que la sécu me tombe dessus a force de faire des examens , et surtout vue leur résultat . Je suis en inval cat 1 . Je compte donc sur cette rente pour vivre …. Cest le medecin du CHU de Lyon dont j attends tjs la convocation .justement . Ca me rassure ce que tu me dis sur la mauvaise lecture des imageries … Affaire a suivre donc ! ;)

  29. Christelle 49

    Bonjour à trous et à toutes
    Depuis de nombreuses années, je souffre de douleurs aux pieds, mains, épaules, dos, nuque…..et suis atteinte de psoriasis avec des poussées importantes. (cuisse, fesses, coudes, oreilles et cheveux) Pas très beau à voir et terriblement traumatisant pour le moral) l y a 2 ans, je me suis fait opérée d’une épaule (épanchement important bloquent toute l’épaule). Lorsque j’ai vu le chirurgien, il m’a dit que j’étais atteinte de rhumatisme psoriasique (autre forme de SPA). CHOC, angoisse….
    Je me suis souvenu de crises d’uvéites, il y a 30 ans. Là, le choc est d’autant plus rude qu’il faut aller vite consulter.
    Mon médecin traitant qui me suit m’avait fait une ordonnance de BREXIM et un traitement pour le psoriasis. J’ai vu rapidement un rhumato qui m’a fait faire toute une batterie de radios, et d’examens en tout genre.
    J’ai donc une SPA avec psoriasis très important Je suis soignée par méthotréxate. Mais je ne vois pas d’évolution dans le bon sens. Il est à noter que le psoriasis est parti, avec une petite tache restante au coude. Mais les douleurs….elles sont là. D’ailelurs, à l’heure ou je vous écris, le cou est figé ainsi que la colonne vertébrale. Rien à faire…. C’est décourageant. De plus à écouter ma rhumato, il faudrait du repos complet, sans rien faire . Là ça e passe pas… Enfin, je sais que c’est une infection pernicieuse et il faut avancer avec. Alors courage à tous et à toutes..Cordialement

  30. Christian

    Bonjour a tous

    Je vois que la plupart des cas de spondylarthrite se sont déclaré a des personnes jeunes , moi cela c’est déclaré il y a 8 mois a l’age de 53 ans Je pense avoir eu la chance que cette maladie met était dianostiqué
    rapidement , deux mois après les premières douleurs , et le traitement ( méthotrexate ) est efficace car je
    n’ai a se jour plus mal au dos , seulement j’ai des douleurs a la main droite , aux deux genoux et au pied gauche . après des arrêts de travails et deux mois de mi-temps thérapeutique j’ai repris mon travail a temps
    plein depuis 3 semainnes , les douleurs au pied et au genoux sont de plus en plus insurpontable surtout
    le soir , je travaille dans le bâtiment un tant que menuisier poseur et j’ai peur pour mon avenir dans mon métier , je doute de plus en plus que mes douleurs viennent a disparaitre et une reconversion a mon
    age me semble improbable . Si une personne de mon age a elle aussi eu les genoux , pieds et mains atteinte par cette maladie , j’aimerais bien avoir leurs témoignages . Merci

  31. Maria25

    Bonjour à tous,

    Je viens de tomber sur ce bloog par hasard. J’avais tapé sur Google : « maladies douloureuses, comment supporter la douleur ? » Et là je tombe sur ce site, et je lis. Et je reconnais ce que je vis au quotidien.

    Je suis atteinte d’une forme de SA d’origine psoriasique (rhumatisme inflammatoire de forme SA dû à mon psoriasique palmo-plantaire – aux paumes des mains et aux talons uniquement) depuis l’âge de 30 ans, et j’en ai 47.
    Au début je ne savais pas ce que j’avais. J’avais des douleurs pulsatiles atroces qui me cognaient littérallement au dos, aux sacro-illiaques, et dans les lombaires. C’était presque non-stop. Mon généraliste m’a envoyé chez un rhumatologue… qui m’a ri au nez, en me disant que c’était dans ma tête, et que j’étais « trop jeune pour avoir une maladie rhumatismale « !!! Il me traitait de maboule ! Je suis sortie de son cabinet en larmes. J’étais totalement désespérée : si un médecin spécialiste ne me croyait pas, qui allait pouvoir m’aider ???
    Retour chez mon généraliste, qui m’a adressée à un professeur de rhumatologie du CH de Hautepierre à Strasbourg, après m’avoir fait effectuer toute une batterie d’analyses, radios, etc… Et là, le diagnostic est enfin tombé ! Spondylarthrite Ankilosante. Nom barbare pour une maladie barbare. En tout cas j’ai pu avoir un TRAITEMENT !! Halleluya !
    J’ai eu de la chance d’être soulagée un tant soit peu par les anti-inflammatoires non stéroidiens de type Ketoprofène 200 LP et surtout de les supporter au niveau de mon estomac : car ça décape bien !!
    Mais mon psoriasis continuait de me faire souffrir surtout aux mains, où j’avais carrément des crevasses et des fissures très douloureuses, ainsi que des démangeaisons. En effet, le Kétoprofène a une facheuse tendance à aggraver le psoriasis car il est en partie constitué d’aspirine.
    Alors on m’a prescrit du Methotrextate. Miraculeux pour mon psoriasis : il est parti du jour au lendemain !! Les douleurs dorsales se sont également bien espacées au début, mais je continuais à avoir des poussées infllamatoires au genou gauche, qu’il fallait ponctionner (il se gonflait de liquide) et infiltrer avec des injections de corticoides. En faisant cela, j’étais soulagée pour quelques temps. Je suis devenue une habituée des aiguiles plantées dans l’articulation de mon genou (par mon rhumato s’entend). On s’habitue vraiment à tout !!
    Pendant plusieurs années, je n’ai eu que de petites poussées pas trop graves, et courtes et quelques raideurs matinales en étant sous Métho. Ca m’allait bien.
    A présent, j’ai eu quelques problèmes perso : divorce (un ex-mari qui ne me soutenait pas mais au contraire me disait que je me complaisais dans les plaintes et les gémissements), vente de ma maison, problème professionnel (on m’a changé de poste de force)…et voilà que j’ai de nouveau une GROSSE poussée au, et le malheur c’est que le Méthotrextate n’a pas l’air assez costaud pour calmer tout ça !
    J’ai mal en permanence, y compris et surtout la nuit. Je prends du Dafalgan codéiné mais j’ai peur de finir shootée aux antidouleurs !
    Mon rhumato n’ose semble-t-il pas me proposer des anit-TNF alpha. IL ne m’en a jamais parlé.

    Au secours. Vous tous qui savez de quoi je parle, et qui connaissez ces douleurs, que dois-je faire ? Je n’en peux plus. Cela atteint mon moral, j’ai des crises de larmes et de desespoir.
    Merci d’avance pour votre soutien moral.

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonjour,

      Je pense en effet qu’il serait important de retourner voir votre rhumatologue pour discuter avec lui de la mise en place d’un traitement par anti-tnf. Si vous souhaitez recevoir de la documentation sur ses médicaments, les biothérapies, mais si t’es pas à contacter une association de patients.
      L’association AFLAR propose un numéro allô rhumatismes au zéro 810 42 02 42. Bien à vous.

      1. Maria25

        Merci Jean-Noel pour ces conseils !
        Je vais essayer d’en savoir plus sur ces biothérapies et surtout essayer de motiver mon rhumato à me les prescrire !!
        Bien cordialement.

  32. Jeanine

    Bonjour,
    J’ai 54 ans. Je suis atteinte de SA (sacro iliite) diagnostiquée grâce à IRM avec injection pour rechercher une inflammation. J’ai « traîné » des années durant entre médecin, kiné, ostéopathe et c’est seulement cette année que le rhumatologue qui me suit à présent (car j’ai « imposé » à mon médecin traitant de m’envoyer vers lui) m’a parlé de cette maladie et a fait le nécessaire très vite pour que je fasse les examens appropriés. Je dois souffrir de cela depuis de longues années avec des temps de petites accalmies (la méthode de kiné ‘Mézières » améliorait mon état à une certaine époque).
    Sans IRM, on n’aurait pas pu voir ma maladie : en effet je n’ai pas de marqueurs biologiques (prise de sang normale) et pas le gêne HLB27. Et pourtant j’ai cette maladie.
    Traitements essayés :
    - methotrexate : pas efficace
    - enbrel : pas supporté (grosse plaque de démangeaison sur le site de l’injection) – arrêt au bout de 4 injections
    - prochain traitement prescrit : CIMZIA
    Quelqu’un d’entre vous est-il soigné avec ce traitement ?

    Sur le plan de la douleur, c’est très dur ; les douleurs se situent au niveau du bassin et descendent dans la jambe droite. Doliprane, anti-inflammatoires, piqûre de cortisone, n’ont pas d’efficacité sur la douleur. Je ne supporte pas les anti-inflammatoires. Par contre j’oublie la douleur quand je suis très occupée (esprit canalisé sur une activité), quand je ris, quand j’écoute de la musique. Si je bois un peu de vin en mangeant, la douleur est diminuée, l’alcool a donc un effet anti inflammatoire mais n’est certainement pas une solution.
    J’ai pensé aussi m’adresser au centre anti douleur de la clinique de mon rhumatologue. Il y a peut-être des solutions anti-douleur autres que les anti inflammatoires.

    J’attends beaucoup du prochain traitement ; le rhumatologue m’a dit qu’il avait 5 traitements à sa disposition.
    Je ne vous cache pas que j’ai aussi très peur des effets indésirables d’un tel traitement. Moi qui ne prenait aucun médicament, voilà qu’on m’injecte à présent une substance qui attaque mon sang. Mais nous n’avons pas le choix.

    Ce qui est très important, c’est d’être entouré. Pour cela, mon mari est formidable et m’aide beaucoup. Les gestes de la vie quotidienne sont tellement difficiles à réaliser. La vie normale n’existe plus. Il faut organiser une autre vie, tout en douceur. il faut surtout laisser vivre celui qui ne souffre pas (lui laisser faire ses activités sportives, sortir sans vous quand vous êtes trop fatigué).

    La phase « espoir » n’est pas encore bien ancrée en moi mais je tiens le coup parce que j’ai une grande force mentale.
    J’ai adhéré à l’AFS ; je reçois des brochures, des informations ; cela m’a aidée à « comprendre » pourquoi je souffrais. Des personnes sont à votre écoute, des permanences, des conférences ont lieu. Je pense qu’il est important de s’informer.

    Mon rêve aujourd’hui : pouvoir me remettre en mode « projet », pouvoir marcher en montagne, pouvoir faire du vélo, avec modération bien sûr, mais pouvoir le faire sans souffrir automatiquement, retrouver l’envie de sortir…

    Si quelqu’un peut me parler du traitement CIMZIA, cela m’intéresserait beaucoup.
    Merci d’avance et bon courage à tous (positivez, tenez bon, nous avons beaucoup de chance d’être soigné en France, notre système de santé est certainement le meilleur au monde).

  33. Jeanine

    Bonjour,
    Quelqu’un d’entre vous est-il traité avec CYMZIA ? Y -a-t-il des résultats encourageants ?
    Comment faites-vous pour la souffrance quand les anti-inflammatoires ne suffisent pas.
    A vous lire.

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonjour, j’ai eu Cimzia deux ans et j’avoue que c’est le traitement qui était le plus adapte pour moi mais au bout de deux ans, j’ai développé des anti-corps! Dommage retour sur embrel avec methotrexate.

  34. cath

    bonjour ,
    alors voilà , moi j’ai des douleurs en bas du dos , au niveau des cervicales , colonne vertébrales & par moment je ressens des douleurs aux jambes genoux & aux fesses ( comme une raideur) , les douleurs sont supportable , mais parfois elles m’arrete net . je dors très mal la nuit car çà me lance dans le dos & quand je suis assisie aussi.
    je suis extremement fatiguée depuis le début d’année , au début je pensait que c’était passager , donc j’ ai pris des vitamines achtées en grande surface , mais en vain .
    j’aimerai savoir si je souffrirai de spondyartrithe ????????
    merci à toute les personnes qui me donneront réponses .

    PS : je vais voir mon médecin lundi soir , je verrai bien ce qu’elle me dira .

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonsoir Cathy,

      En effet vous décrivez de nombreux signes inflammatoires qui ressemblent à la spondyloarthrite. Le mieux est peut être de voir rapidement un rhumatologue et de ne pas rester des semaines avec votre médecin traitant si les choses ne changent pas.

      Bien à vous

      1. cath

        bonjour ,
        alors j’ai vu mon médecin hier , elle me dit que c’est du au stresse , je lui ai demander un bilan sanguin FSN, elle m’a fait l’ordonnance & j’ai été me faire piquer ce matin . j’aurai les résultats ce soir .
        bonne journée .

        1. Lysou

          Bonjour Cath !!
          Je me retrouve dans votre parcours, mais ne laissez jamais un médecin vous dire que c’est le stress. Même si le stress accentue les douleurs il y a une pathologie et vous devez être prise en compte comme telle. Rapprochez vous d’un rhumatologue compétent et il pourra vous suivre plus sérieusement parce que c’est leur spécialité. Bon courage à vous

  35. nouchka

    Bonjour à vous .
    Ce passage pour vous souhaiter une bonne rentrée . A vous qui venez parler de cette maladie si douloureuse . Un souhait pour tous , trouver un bon rhumatologue qui connaît la maladie ; hélas elle est souvent confondue avec la polyarthrite . Je ne connais pas les douleurs des personnes atteintes de cette dernière mais nous pouvons tous prouver que les douleurs diffuses dans le corps sont à peu près partout .
    Attention à la cortisone , ce n’est pas un médicament anodin pour vos os .
    Jeannine pouvez-vous me dire quels sont ces cinq traitements connus par votre rhumatologue, merci
    A bientôt , courage à vous

    1. Jeanine

      Bonjour,
      Les plus connues: Remicade, Humira et Enbrel
      Actuellement on m’injecte Cimzia (après échec Méthotrexate et Enbrel)
      La 5ème je ne sais pas.
      Je revois mon rhumatologue le 27/10 je le questionnerai.
      D’ici là, Jean-Noël, vous pouvez peut-être nous éclairer sur toute la panoplie qu’offre la biothérapie à ce jour face à cette maladie.
      Merci et bon courage à tous.

      1. Lysou

        Bonjour à toutes, il y a 5 bio sur le marché, comme le cire Jeanine remisage, enbrel,humera,cimzia et le dernier c’est simponi. voilà..
        Bon courage à tous et je vous souhaite de trouver le traitement qui vous soulagera.

      2. FAURE

        Bonjour,

        Après l’échec des anti inflammatoires et tous les anti douleurs existants je viens de commencer, le 9 octobre 2015 CIMZIA, Jeanine ou en êtes vous ? Supportez vous bien ce traitement et avez vous des améliorations ?
        Je vous remercie de votre réponse
        15 ans que je souffre avec comme tous des hautes et des bas….

  36. chantal

    bonsoir
    depuis plusieurs années je souffre de psoriasis ,douleurs dorsales, et cervicales opérées des antalgiques au quotidien et anti inflammatoire me permette de continuer mon activité professionnel .
    pour le médecin le psoriasis = stress
    depuis qq semaines j ai des poussées importante de psoriasis tête +pied + douleurs dorsales+ cage thoracique +cheville. très douloureuse.
    j ai consulte hier j avais 18/9 de tension j ai trop mal .
    j ai fais une prise de sang pour savoir si j étais porteuse de je ne sais pas quoi il recherche la spondylarthrite?
    qu’ en pensez vous?
    les rdv chez un spécialiste il faut attendre janvier.
    merci a vous

    1. Lysou

      Bonsoir Chantal, merci pour votre message. Il recherche sans doute le gène HLA B27 pour une atteinte dé spondyloarthrite. Cependant même sans ce gène vous pouvez être malgré tout atteinte de cette pathologie. Moi je penserais sérieusement à un rhumatisme psoriasique. C’est une maladie inflammatoire douloureuse mais dès qu’ils mettront un nom sur vos souffrances ils pourront vous traiter et ainsi vous soulager. N’hésitez pas à nous donner de vos nouvelles et je vous souhaite plein de courage.

  37. chantal

    merci de votre réponse
    pour le moment j attend la réponse de ma prise de sang.
    je prend des comprimes de voltarène je dois dire c les douleurs ne sont pas vraiment endormis!!
    merci a vous

  38. PARIS

    Un diabète insipide depuis 1980 + une SPA en 2013, un mari qui fait l’autruche, très difficile à gérer…..et pourtant je fais tout ce que je peux, le bois, le jardin, la tonte etc….

    1. Lysou

      Bonjour Paris, je vois que vous êtes une vraie battante alors continuez comme çà, peu de personnes dans notre état sont capables de ce faire le jardin, le bois, la tonte …. votre mari fait l’autruche comme beaucoup, ils n’aiment pas avoir une femme malade çà les ennuie fortement. prenez soins de vous car personne ne le fera à votre place et tenter le dialogue pour lui expliquer que « malade » ne veut pas dire forcément « handicapée ». J’ai envie de vous demandez pourquoi il ne le fait pas lui le jardin et le bois? Gardez le moral et votre courage intacte car vous en avez beaucoup. Bon dimanche

  39. Olivier

    Bonjour,
    Je découvre ce blog, avec des situations très difficiles. Pour ma part, je souffre de de douleur à la fesse droite depuis 6 semaine. Dévérouillage matinal, douleurs en se relevant après être assis etc. Ains, anti douleur, mais la douleur persiste. J’ai vu un rumathologue samedi dernier qui voit au scanner une petite hernie discale mais aussi des signes de sacro iliite. Il suspecte un psoriasis rhumatoïde (pas de psoriasis cutané, mais mes 2 parents en ont ou en ont eu). Le bilan sanguin est normal, j’attend le résultat hla b27. Je dois faire des irm complémentaires. En fait j’ai une gène constante mais « supportable », mais aléatoirement j’ai des douleurs aiguës qui me font boiter.

    Rien qu’ a mon stade c’est déjà dur psychologiquement (après 3 semaines d’arrêt), mais la lecture de vos temoiniages permet de relativiser. Un grand bravo a tous, vivre ainsi c’est vraiment une forme d’héroïsme.

    Bonne route

    1. Lysou

      Bonjour Olivier,
      Merci de votre témoignage. Donnez nous de vos nouvelles à savoir où vous en êtes dans vos examens.
      Je vous souhaite plein de courage.

  40. laguionie

    bonjour
    je viens de lire la plupart des témoignages et je me retrouve parfaitement dans les cas le plus souvent cités
    j’ai 65 ans et ma SPA a été diagnostiquée a mon 49eme anniversaire; mais inutile de vous dire j avais des douleurs bien avant que l on attribuait a divers « mal au dos et autres torticolis  »
    pendant une quinzaine d année j ai été traité avec un médicament qui se nommait BUTAZOLIDINE …….mes douleurs ont été pratiquement réduites a néant
    Je m étonne que personne ici n y fasse reference !!!
    pourquoi a ton retiré ce medicament du marché mais pas sa molécule????
    peut etre parce que la boite de 30 comprimés coutait 1 euros 05 !!!
    peut etre parce que les laboratoires qui le fabriquaient ne l on pas estimé assez rentable ???
    certains « pontes rhumatho  » l on estimait trop ancien et bourré d effets secondaire mais il n a jamais été prouvé que ces effets étaient dangereux et certainement pas plus que les TNF
    bref quelqu’un aurait il lui aussi un témoignage a apporter au sujet de ce médicament et serait il possible d esperer le voir refrabriquer par les laboratoires meme si notre Secu ne veut plus le rembourser?

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Monsieur,

      Merci pour votre témoignage. La butazolidine  fait l’objet d’une réévaluation il y a maintenant plus de deux ans je crois et la haute autorité de santé a estimée que le rapport bénéfice risqué était en sa défaveur. Même s’il ne coûtait rien, cette autorité indépendante des laboratoires a estimée que ces risques étaient plus élevés comparé aux nouveaux traitements…

      Mais celui-ci n’est pas le seul, le tetrazepam  lui aussi connu le même sort mais lui au niveau européen il y a plus d’un an…

      Trop de précautions pour des cas d’effets indésirables restant trop rares ???

      Â suivre…
      Bien  vous

  41. Norss

    Bonjour,

    La phénylbutazone (Butazolidine) peut être obtenue en préparation magistrale dans certaines pharmacies si on a une ordonnance de son rhumatologue. J’ai essayé moi-même ce médicament sans effet malheureusement. Si je me souviens bien, il y a eu des cas de leucémie avec cette molécule et c’est pourquoi elle a été retirée. Lorsque j’ai pris ce traitement je devais faire des analyses de sang toutes le semaines pour voir s’il n’y avait pas d’anomalie.
    Cordialement.

  42. Alize

    Bonsoir,
    4 ans pour moi que dure ses douleurs qui n ont toujours pas été diagnostiquées.
    Au début débord discale, et cruralgie droite sténose etc…
    Puis après plusieurs traitements tout disparaît sur les examens. Malheureusement pas les douleurs. De fortes crises reprennent de plus belles. Mon généraliste me fait faire des injections acupan voltarene. Aie aie aie très douloureux. Ça calme un peu, mais revient peu de temps..je n ai toujours pas de nom sur ces douleurs. Licenciée..Et toujours le même état..irm,scanner,radio,scintigraphie etc….rien n y fait. Pour mettre un nom. Prise de sang cholestérol quel bonheur il ne manquait plus que ça…Je ne sais plus où aller pour avoir des explications..

    1. Jean-Noël Dachicourt

      Bonjour ! Je comprends votre désarroi et votre colère ! Êtes vous suivi par un rhumatologue ? Avez vous consultez des équipes dans un centre hospitalier ou les équipes connaissent bien la spondyloarthrite axiale ? Je suis à votre disposition

  43. chaker haj kalifa

    Merci pour l’explication

  44. Carinne

    Bonjour,
    Je suis agée de 31 ans et depuis bientôt 2 ans j’ai des douleurs dans le bas du dos, la douleur englobe tout le bassin, je n’ai pas systématiquement de douleur au talon mais ça me tire dans toute la jambe et je dois prendre des anti-inflammatoires car il n’y a que ça qui me soulagé. J’ai fait une radio du dos mais elle ne révèle qu’une bascule d’un cm, j’ai aussi fait une prise de sang qui montre une inflammation mais mon médecin me dit que c’est dû à la bascule. Le problème c’est que la douleur peut être absente pendant des mois et revenir d’un coup et durer plusieurs mois. Se peut il qu’il s’agisse d’une spondylarthrite ?
    Merci pour vos réponses.
    Carinne

    1. Lysou

      Bonjour Carinne,

      Vous nous parlez de votre médecin, mais avez vous consulter un rhumatologue ? Ils sont plus spécialisés dans ce genre de problèmes, alors que votre médecin traitant lui va vous faire des examens et c’est tout. C’est difficile de dire si c’est une SA, les douleurs que vous décrivez seraient bien similaires mais seul un spécialiste peut vous le dire. Merci pour votre message et donnez nous de vos nouvelles.
      Bon week end à vous

  45. benchaia

    Bonjour a tous je lis tous vos message et cest vraiment très poignant….car on a tous ou presque les meme douleurs c’est incroyable comme cette maladie es vicieuse et nous gais tellement souffrir au moment ou je vosu parle je suis hospitalisé car crise grosse crise de douleurs…..j’habite Marseille et je suis suivi dans le service du professeur Lafforgue a Ste marguerite en Rhumato bien-sûr. Je suis sous remicade depuis février 2015 et la cest de moins en moins efficace et j’ai très mal aux enthese talon hanche cervical thorax enfin…..les docteurs vont voir comment faire avec le traitement de fond sil faut le changer ou pas …..pour l’instant perfusions d’anti inflammatoire et dacupan ca ma un peu soulager quand même mais je pense quil arriveront à douleur zero de tte facon

  46. Celia

    Je souffre de douleurs très atroces on n’à pas encore fait le diagnostic de SPA mais c fort probable j’ai aussi une RCUH depuis une année donc on m’à prescrit du celebrex seulement je ne peux ni bougé douleurs osseuse atroce au niveaux du bassin et ma cage thoracique, aucune position me soulage je paralyses toute ma famille avec moi donner moi qlq conseils SVP est que la poussé durée longtemps ou peut ce calmer un peu? Merci courage à vous tous

    1. Lysou

      Bonjour Celia!!
      Lâ maladie peut être aussi chronique pas seulement en poussées. Il y a de meilleurs traitements que l’ains, il faut vous faire diagnostiquer avant et vous faire suivre par un rhumatologue. Des traitements qu’on appelle biothérapies (piqûres) peuvent être prescrit et vous soulager un peu mieux. Gardez courage et espoir.

  47. Marie

    Bonjour,

    J’ai 64 ans et depuis deux ans, je profitais délicieusement de mon nouveau temps libre de retraitée.

    Hélas, il y a 8 mois, j’ai commencé à avoir d’étranges douleurs.
    D’abord, des maux de gorge, d’oreilles, des coudes.
    Puis des douleurs sont apparues au niveau des cervicales et d’un orteil.
    Ensuite, j’ai observé des douleurs au niveau des fesses, des talons, des chevilles, des pieds, des orteils, d’un tendon d’Achille et des mains.
    Inflammations, fourmillements sont également au rendez-vous jour et nuit.

    Pour le service de Rhumato du CHU dans lequel j’ai pu être hospitalisée pendant 24 h, tous les bilans biologiques sont négatifs. IRM bassin négatif. HLA B27 négatif. Pas de déformations osseuses. Maladie de Lyme, négatif, Gougerot, négatif.
    Les AINS sont peu efficaces.

    Mais l’orteil désormais en griffe, la localisation des douleurs et mon état de santé (10 kg perdus soit presque 20 % de mon poids de départ) autorisent mon rhumatologue à envisager un début de spondylarthrite.
    Il me propose du méthotrexate, après 15 jours de cortisone peu probants.

    Pourtant, un deuxième avis, pris récemment chez un de ses confrères (40 ans de pratique) est opposé. Pas de signes biologiques ou cliniques de SPA. Il ne retient ni les symptômes exposés, ni la cheville gonflée, ni le tendon d’Achille douloureux.
    Qu’en penser ?

    Progressivement, mon quotidien devient un enfer.
    La marche et la station debout plus de 10 minutes sont devenues difficiles.
    Les nuits sont courtes.
    Je ressens une incroyable fatigue.
    Mon moral est au plus bas. Fin des voyages, du sport, du jardinage, du bricolage.
    Tout devient effort, souffrance et perte d’intérêt.

    Je m’interroge à longueur de journée :
    pourquoi supporter cette vie réduite à attendre des jours meilleurs ?
    comment ne pas se sentir très coupable d’imposer ce handicap de chaque instant à son conjoint ?

    J’ai déjà beaucoup parcouru de sites Web sur cette maladie.
    Certains sont très bien faits et apportent de nombreuses réponses.
    Cependant, j’ai encore des interrogations.
    En voici quelques unes :

    Y a t-il des moments de rémission lors de cette maladie ?
    Quel est le rôle du mental par rapport aux douleurs ?
    Quels sont les effets du méthotrexate dans la SPA, et les effets secondaires constatés ?
    Sur quels critères les anti-TNF sont-ils prescrits dans les CHU ?
    Faut-il taire son état à sa famille, à ses amis pour ne pas les indisposer ?
    Que peuvent proposer les centres anti-douleurs des hôpitaux ?

    Merci pour vos éventuelles réponses.

    .

  48. Breton

    Bonjour
    J’ai une spondylartrite ankylosante périphérique (il y a 6 ans et demi a âge de 41 ans) avec traitement Humira
    Les douleurs sont situé dans toutes les parties du corps y compris mâchoire. Je ne voit aucun témoignage semblable au miens. Bien sûr un professeur du chu Besançon me suit mais je ne pense pas qu’il comprenne exactement l’immense douleur et la grosse fatigue que j’ai. Un moment donner on me disait que c’était psychologique ! !bien sûr que cela atteint le psychique surtout que j’ai encore une enfant de 7 ans et que mon apparence physique est désastreuse ! !!!! Même mes cheveux sont horribles ..mais personnes ne vous donnes de vrai réponses ni sur la maladie ni sur le traitement. ..si quelqu’un est aussi atteint que moi …merci de me faire savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>