«

»

fév 27

Imprimer ceci Article

Pourquoi ma spondylarthrite est-elle douloureuse ?

La douleur dans la spondylarthriteLa douleur observée au cours de votre maladie est essentiellement due à des phénomènes inflammatoires. L’inflammation entraine une production en excès de substances douloureuses telles que les prostaglandines ou des substances chimiques comme le TNF-alpha.

Cette maladie est la cause la plus fréquente de douleurs rachidiennes (douleurs au niveau de la colonne vertébrale) persistantes chez les adultes jeunes. Elle se caractérise par :
- un début avant la quarantaine et insidieux,
- une douleur persistante plus de 3 mois qui s’associe à une raideur matinale, notamment au niveau du dos,
- la diminution de la douleur après un temps de dérouillage ou après la prise d’anti inflammatoires non stéroïdiens.

Des douleurs du talon sont fréquentes :
Elle sont le conséquence d’une inflammation des enthèses (zone d’insertion des tendons et ligaments sur les os). Elles surviennent dès le matin lorsque vous posez le pied par terre.
Plus rarement ces enthèses peuvent survenir au niveau du genou (rotule) ou encore du bassin (crêtes iliaques) ou thorax.

Au niveau périphérique, une douleur et un gonflement :
L’atteinte d’une ou de plusieurs articulations périphériques est possible au cours de la spondylarthrite. Elle est liée à une inflammation du tissu qui tapisse l’intérieur de l’articulation, appelée la membrane synoviale. Lorsque celle-ci est enflammée, elle sécrète alors une quantité anormale de liquide qui s’accumule dans l’articulation. L’articulation gonfle et devient douloureuse.
Lorsque toutes les articulations d’un doigt ou d’un orteil sont touchées, et qu’il y a en plus inflammations des tendons, le doigt prend l’aspect d’une saucisse (terme médical : doigt ou orteil en saucisse).

Les anti-inflammatoires :
La douleur observée au cours de la spondylarthrite est essentiellement due aux phénomènes inflammatoires. Il est donc logique d’utiliser en priorité un traitement anti-inflammatoire. Toutefois, deux éléments à ne pas oublier :
• à côté des médicaments anti-inflammatoires, d’autres moyens thérapeutiques non médicamenteux peuvent être utilisés comme la kinésithérapie ;
• à côté de l’inflammation, il existe d’autres causes de la douleur et notamment les dégâts (attitudes vicieuses, atteinte cartilagineuse, rétraction des orteils, etc.) causés par la maladie. Ils nécessitent une prise en charge thérapeutique particulière.

Les anti-Tnf Alpha :
Lorsque les anti-inflammatoires ne sont pas assez efficaces, le patient peu désormais bénéficier de nouvelles molécules. Ce sont des anti-TNF alpha, ils appartiennent à une nouvelle classe thérapeutique. Le TNF qui signifie « Tumor Necrosis Factor » est une molécule produite naturellement par l’organisme au cours de l’inflammation.
• Le rôle des anti-TNF-alpha est de bloquer l’action du TNF afin de limiter l’intensité et l’extension de la réaction inflammatoire au cours des poussées rhumatismales. Ces nouveaux médicaments existent soit sous forme d’anticorps dirigés contre le TNF (Rémicade®, Humira®), soit sous forme de récepteur soluble du TNF (Enbrel®).
• Les anti-TNF alpha sont issus de la fabrication par biothérapie ce qui entraîne un prix très élevé de ces médicaments (environ 10 000 Euros par an). À la différence des traitements de fond actuellement disponibles, ils ont un délai d’action très rapide, avec à long terme une influence probable sur le cours évolutif de la maladie. Ce traitement nécessite toutefois une surveillance attentive car il est également impliqué dans la défense anti-infectieuse et anti-tumorale.

Bookmark and Share

Lien Permanent pour cet article : http://www.spondylarthrite-blog.com/la-spondylarthrite-ankylosante/pourquoi-ma-spondylarthrite-est-elle-douloureuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>