Qu’est ce qu’un traitement par anti tnf alpha ?

Les anti-TNF alpha (anti-TNFα) sont des médicaments issus de la biothérapie (aussi appelés biomédicaments ou des biosimilaires par rapport à un anti-TNFα de référence) qui ont révolutionné la prise en charge et l’évolution de maladies inflammatoires chroniques, graves et invalidantes comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le psoriasis sévère et sa forme rhumatismale, l’arthrite juvénile idiopathique ainsi que certaines maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) comme la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn.

Ces médicaments sont un immunosuppresseur qui appartient à la famille des agents anti-TNF. Il contient un anticorps monoclonal, produit par biotechnologie et conçu pour se fixer sur le facteur de nécrose tumorale (TNF ou Tumor Necrosis Factor) et bloquer son action. Le TNF est une protéine qui intervient dans les processus inflammatoires. En bloquant le TNF, il permet de diminuer l’inflammation dans diverses maladies inflammatoires chroniques invalidantes. Il contribue ainsi à réduire les symptômes de certains rhumatismes inflammatoires (douleur, raideur, gonflement…) et à ralentir la progression des lésions articulaires.

Ces médicaments sont des anticorps monoclonaux complètement ou partiellement humanisés, ou des protéines chimèriques se comportant comme des récepteurs solubles du TNFα. Ces biomédicaments diminuent le TNFα sérique, ce qui va permettre de contrôler l’inflammation régionale et donc l’évolution de ces pathologies. Les anti-TNFα sont réservés aux formes sévères de ces affections en cas d’échec des traitements de fond classiques. Ils doivent être administrés de manière réitérée par perfusions intra-veineuses ou injections sous-cutanées en association ou en monothérapie pendant des mois voire des années.

La tolérance générale des anti-TNFα est bonne mais ces traitements exposent à d’importants risques d’infections, en particulier à la tuberculose et à d’autres infections opportunistes. D’autres effets indésirables liés à l’immuno-dépression peuvent survenir de manière plus rare, dont des risques de cancers. Ces néoplasies pourraient aussi être en rapport avec l’association à des immunosuppresseurs classiques (dont le méthotrexate). Au long cours, l’apparition d’une immunisation progressive contre les anti-TNFα peut survenir (phénomène d’immunogénicité avec la présence d’anticorps anti-TNFα) à l’origine d’un possible échec thérapeutique, voire de cas d’hypersensibilité retardée. En résumé, si ces médicaments ont transformé l’évolution d’affections inflammatoires ou auto-immunes sévères, ils sont coûteux, contraignants et exposent à des effets indésirables graves nombreux et parfois très sévères en particulier un risque d’infections opportunistes dont la tuberculose.

Sources et dossier complet à lire sur : eureka santé et https://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-tnf-alpha

Lien Permanent pour cet article : http://www.spondylarthrite-blog.com/traitements-2/quest-ce-quun-traitement-par-anti-tnf-alpha

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.